1 oct. 2012

La râleuse est-elle aussi une chieuse ?

Il parait que c'est un truc français, ça, de râler pour tout et pour rien. Et il faut dire que sur internet, des râleurs et râleuses, on en voit beaucoup. Mais voilà, la râleuse est-elle forcément une chieuse ? Parce que, avouez-le, c'est ce qu'il vous est probablement arrivé de penser. 


La râleuse : comment les gens la voient

Comme une chieuse quand :

- elle s'en prend à une copine,
- elle râle à tort et à travers en embêtant tout le monde
- elle se répète
- elle râle pour rien (enfin, c'est ce qu'on pense) ou pour tout
- elle râle pour un truc qui nous fait dire que c'est l'hôpital qui se fout de la charité
- elle devient agressive
- on l'aime pas
- elle râle contre nous

Comme une courageuse quand :

- elle est populaire (qui dit popularité dit souvent adhésion du peuple)
- on l'aime bien
- elle ose dire un truc que tout le monde pense tout bas
- elle dénonce un truc qui nous révolte, nous aussi
- elle nous ouvre les yeux sur une réalité dont on avait pas conscience
- elle râle contre nous

Mais qu'est-ce qui fait d'une râleuse une chieuse ou une courageuse ? 



Vous l'aurez compris, selon moi, il y a plusieurs critères qui font qu'on voit une personne qui râle comme une chieuse ou une courageuse.

Les premiers, ce sont des critères d'appréciation.

Si on aime une personne, on aura tendance à la soutenir et à l'inverse, si on aime pas quelqu'un ou qu'il s'attaque à quelqu'un qu'on apprécie, on aura tendance à le taxer d'emmerdeur. C'est un peu dommage parce qu'au final, parfois, on ne s'attarde pas sur le fond du message. Sur ce qui fait que la critique est constructive ou pas.

Les autres critères, ce sont les critères de "fond". L'objet de la plainte. 

Est-ce que la personne a des raisons de se plaindre ? Est-ce qu'on se sent concernée par sa plainte ? C'est là qu'entre en jeu un côté très subjectif. On va avoir tendance à admirer la personne qui va râler pour quelque chose de révoltant dont on avait pas conscience ou dont on souffre nous-même. Et inversement, si on ne se sent pas concernée ou qu'on a plus de raisons de se plaindre, on a tendance à dénigrer un peu la personne qui râle. Parfois, c'est à juste titre et parfois c'est juste parce qu'on est pas dans sa situation. 

Pour moi, ce qui devrait faire la distinction ? La manière dont la personne formule les choses. 

Quand une personne prend le temps de vous expliquer avec diplomatie ce qu'elle n'a pas apprécié, c'est probablement qu'il y a un certain "courage" dans sa démarche. Même si c'est un peu une chieuse (mais là c'est gentil^^) car tout râlage part d'une insatisfaction qu'on a envie d'expulser, elle a quand même fait en sorte que vous puissiez comprendre ce qui la pousse à râler. Enfin moi, je le vois comme ça, quand je fais l'effort de "calmer" ma déception et dire à l'autre pourquoi je ne suis pas contente, c'est que j'ai envie qu'elle comprenne, pas de l'emmerder. 

Alors, bien sûr, ce n'est pas agréable. Moi non plus, j'aime pas ça, et le premier réflexe peut-être de vouloir tout envoyer chier y compris la personne qui râle. Sauf que si on prend le temps de se calmer et qu'on écoute le discours de l'autre (si celui-ci a quand même pris des pincettes), on réalise souvent que oui, l'autre avait des raisons de râler. Et s'il a tort, on est en mesure de lui expliquer pourquoi.

Mais le problème, c'est que pas mal de personnes ne font pas cet effort de réflexion et du coup, la moindre critique passe pour une attaque. Du coup, c'est souvent ingrat. Je dois avouer que sans vouloir râler, ça, ça me gonfle^^. Parce que souvent on ne râle pas pour son propre plaisir, pour se défouler mais pour apporter une critique constructive à une personne qui parfois ne s'en rend même pas compte. 

Et pour vous, c'est quoi qui distingue une râleuse chieuse d'une râleuse courageuse ?

5 petits nuages:

The girl next door a dit…

Aaah moi je suis une râleuse professionnelle! Et comme n'importe quel râleur, parfois je râle légitimement, parfois je râle et je devrais pas. Mais bon...j'essaie de râler avec humour et légèreté. Je dirais que la différence entre les deux c'est la façon de faire. Si tu râles et que tu es en boucle sur le sujet, que tu n'apportes rien de constructif et que tu fatigues tout le monde, c'est qu'il y avait probablement pas de quoi râler. Si tu râles et que ça fait réagir d'autres personnes et que ça permet de tirer une sonnette d'alarme, c'est que tu râles utile.

Atom a dit…

Moi je suis un monstre de patience, n'est ce pas miss ? ^^

Pensées d'une Shoesaholic a dit…

Pour moi quand une râleuse est chieuse, c'est quand tu te démènes à faire un truc pour elle et qu'elle trouve le moyen de pas être contente. C'est plutôt pour les amies ça. (mais ça m'empêche pas d'adorer mes amies, même les plus râleuses ^^)

Tara a dit…

Thegirlnextdoor : ah oui je vois ce que tu veux dire, c'est vrai que ça aide aussi quand d'autres que toi râlent tu te dis "ouf je suis pas seule"^^

Atom : Toooooootalement :) Moi pareil hein^^

Pensées d'une shoesaholic : je n'y avais pas pensé, bon exemple !

Pulupulu a dit…

Haha :D
J'aime beaucoup le choix des gifs.
Pour ma part, je suis aussi une bonne râleuse, et je pense que une râleuse chieuse est une râleuse qui râle un peu trop souvent. Du coup une râleuse chieuse peut être en partie une râleuse courageuse, l'un n'empêche pas l'autre !

 
;